Dans l'oeil du Tigre

June 14, 2017

 

 

 

 

Janvier 2017. Un an presque jour pour jour après mon premier séjour, je repars en Inde pour mon plus grand plaisir, dans ce pays qui me fascine.

Départ de Paris pour 10 jours de voyage qui me conduiront dans les parcs nationaux de Kanha et de bandhagarvh dans le Madhya Pradesh au nord-est du pays.

 

L'Inde c'est une claque surnaturelle et une leçon de vie en termes de cohabitation avec le sauvage : Imaginez un pays de 1 milliards 300 millions d'habitants qui a réussi à laisser une chance au plus grand félin de la planète avec les problèmes que cela peut engendrer.

 

 

Ghandi à dit : « c’est à la façon dont elle traite ses animaux qu’on reconnait la grandeur d’une nation ».

Il y aurait selon les derniers recensements 2226 tigres en Inde contre 1706 en 2010.

La France fait pâle figure avec ses 250 loups ou 100 Lynxs qui ont l'air de poser des problèmes hors du  commun.... L'Inde compte 60% des tigres mondiaux.

 

 

 Les forêts en Inde sont envoûtantes telles que les décrit Kippling dans son roman "Le livre de la jungle". Aux aurores les lumières sont teintes d'un orange sublime, les rayons du soleil sont noyés dans la brume, ils percent les cimes des arbres donnant un air hanté à cette forêt. La faune n'a rien a envier à la magnifique flore, cerf axis, antilope tetracère, antilope Nilgaut, sanglier', chacal, léopards indiens, chat sauvages etc... ainsi que plus de 150 espèces d'oiseaux.

 

 

Je suis toujours étonné que si peu de photographes animaliers en Europe ne s'y intéressent. L'Afrique a été traitée à outrance avec le lion pour magnifique emblème, mais qu’en  est-il de l'Inde  et du tigre ?

 

Le tigre est bien loin de l'image de Sherkan décrite dans le roman, animal solitaire par son caractère dominateur, le mâle possède un territoire qui comprend plusieurs femelles et il ne participe pas à''éducation de sa progéniture. Il  fuit l'homme et même si des accidents se produisent la plupart sont évitables. il est de la famille des félidés du genre panthera, reconnaissable par sa fourrure rousse rayée de noir lui conférant un camouflage parfait dans les forêts indiennes. Les tigres chassent à l'affût la nuit ou le jour. Bien que puissants et rapides sur de courtes distances, ils ne sont pas endurants. C est le plus grand félin de notre planète et sans aucun doute l'un des plus menacés. ...il en reste moins de 3800 dans le monde (les chiffres sont contestés et beaucoup d’ONG pense que le chiffre est trop haut), 

la majorité vivant en Inde.

 

Les premières causes de sa disparition sont la réduction de son habitat,la chasse intensive au cours du 20 ème siècle et maintenant le braconnage qui alimente la médecine traditionnelle chinoise.

 

 

Le gouvernement indien en 1972 a effectué Le premier recensement précis qui a révélé qu'il n'existait plus que 1 827 tigres seulement.

A la suite de ces chiffres très inquiétant le "projet tiger" verra le jour le 1 er avril 1973.

Il s'agit d'un projet gouvernemental qui vise à protéger le Tigre du Bengale. Pour ce faire il soutient et coordonne des projets locaux afin de maintenir une population viable de tigres dans leur environnement naturel

9 réserves ont été créées initialement ( L’Inde compte 80 parcs nationaux et 441 sanctuaires animaliers aujourdhui ) Les plans de gestion ont été élaborés pour chaque réserve sur la base de plusieurs principes.

  • Élimination de toutes les formes d'exploitation humaine et perturbation biologique dans les zones au cœur du dispositif et rationalisation des activité dans les zones périphériques. 

  • Restreindre la gestion de l'habitat aux dommages causés à l'écosystème par l'homme afin de le ramener à son état naturel.

  • Suivi de la faune et de la flore, développement de la recherche

 

Le sort de cet animal emblématique s'est joué dans les plus hautes sphères politiques et grâce au respect culturel des indiens pour les animaux, et le résultat est là... Les populations de tigres sont en augmentation (3800 à l’échelle mondiale mêmes si les chiffres sont contestés) et le roi de la jungle peut enfin reprendre du poil de la bête.

 

Cohabiter avec cet animal mythique qui était en voie d'extinction n'est pas une mince affaire, les villageois sont démunis face à ce redoutable prédateur.

Les maisons aux abords des réserves dans la buffer zone(zone tampon) sont seulement protégées par des clôtures en branche, la peur du tigre n'est pas omniprésente mais on sait qu'un accident peut arriver. Cette fatalité semble faire partie de leur vie.

 

Lors de ma première année ou je suis parti avec une ONG j’ai rencontré une famille indienne qui quelques années plus tôt avait perdu sa fille aînée de 17 ans attaquée un matin par un tigre devant la maison qu'elle avait quittée pour  ses besoins naturels. Le père arrivera trop tard ne pouvant que constater sa fille en train de se faire dévorer par le felin qu'il repoussera avec un bâton.

Le tigre ne sera pas prélevé comme la plupart du temps après une attaque, le père de la jeune fille insistera pour qu'il soit laissé en liberté car "c'est le seigneur des forêts et il était là avant nous".

 

Ce jour la j'ai eu une vraie leçon de vie, un père de famille a qui on avait volé la vie de sa fille militait pour la protection de son bourreau et mettait de côté sa colère ...j'ai compris à quel point les indiens respectaient le tigre à ce moment là.

 

Aux abords des villes proches des réserves on peut voir des statuts de tigres avec des offrandes , ici le tigre est une divinité qu'on craint et à qui on rend hommage malgré la prédation sur le bétail et les attaques sur l'homme. 

 

Les territoires des tigres se réduisent comme peau de chagrin pour laisser place à des champs, les forêts rétrécissent face à la pression démographique et industrielle.

Le gouvernement indien travaille à déplacer les villages et à redonner de la place à la vie sauvage mais la pression humaine est de plus en plus forte dans le pays avec 370 habitants au km, soit trois fois la densité de la France.

 

 

Voir des tigres dans de bonnes conditions est une tâche ardue, en Inde les forêts  sont denses et la visibilité réduite, Il faut le mériter et être patient. Réveil à 4h30 du matin.

En décembre les températures sont  aux alentours de 5 degrés dans des jeeps ouvertes. Les couvertures fournies par les guides nous permettent de nous réchauffer un minimum  et l'excitation d'être sur le royaume du Tigre fait le reste. Vous ne choisissez jamais de rencontrer le roi, lui seul est décideur et c’est ce qui rend la rencontre unique et inoubliable.

 

A l’entrée du parc de bandhagarvh il y a un panneau avec une tête de tigre dessinée qui dit :  "sorry, You might have not seen me  but I had seen you" (je suis desolé si vous ne m’avez pas vu,  moi je vous ai vu)

Elle résume parfaitement le sentiment qui se dégage d'un séjour en Inde à la recherche du Tigre, la plupart du temps on ne voit que des traces, il est là sans être là...insaisissable 

 

 

J'ai eu la chance d'observer 6 tigres en deux séjours en Inde et à chaque fois c'est un immense plaisir. Un coup de poignard dans l'abdomen tant l'émotion est grande .La plupart du temps les rencontres sont furtives, ne durent que quelques secondes car les Tigres fuient l'homme mais ce jour là je passerais un moment privilégié  face à face avec le maître des lieux. Nous sommes en décembre 2014

 

Le soleil se lève à peine, sa lumière est orangée, ses rayons noyés dans la brume percent les cimes des arbres de la forêt lui donnant un air surnaturel  . Je me réchauffe comme je peux emmitouflé dans ma couverture gentiment préparée par mon guide. J'arrive sur la fin du séjour et la fatigue commence vraiment à se faire sentir 
Soudain, les cris d’alarme stridents des singes et des Cerfs raisonnent, l’ambiance devient pesante. "Tiger ! Tiger ! " chuchote le guide surexcité 
Il est là... tout proche, on entend même le bruit des feuilles craquer sous ses pas. Le guide s’arrête et fait signe de ne plus bouger et de faire un silence total, J’en viens même à bloquer ma respiration à cause du stress. 

Des cerfs au galop traverse le sentier apeurés, la forêt se tue, aucun doute il est là à quelques mètres.
Le chauffeur arrête la voiture. À peine 30 secondes plus tard un Tigre sort de la forêt, face à nous, comme dans un rêve. En temps normal les rencontres avec le Tigre sont le plus souvent très rapides, mais pas cette fois. 
Nous sommes à 10 mètres de lui, il nous regarde, s’accroupit, nous observe, attend et fait sa toilette comme un gros chat. 
La rencontre durera cinq bonnes minutes que je n’oublierai jamais. 

Quelle etait le probababilté que ce tigre sorte face à nous ? 

 

 

A partir du moment où on entend des cris d'alarmes la probabilité de croiser le Tigre est de 15 % selon mon guide ...je suis souvent bluffé par leur connaissance dans le parc de bandhagarvh, ils ont grandis avec les tigres et eux seuls savent décrypter le langage de la foret.

Si Les yeux sont les miroirs de l’âme comme dit l’adage alors j’ai vu beaucoup de choses dans ce regard d’une couleur magnifique, il n’y avait pas une once d’agressivité mais seulement de la curiosité.
Les jeeps sont « ouvertes » et ne sont pas sécurisées en Inde contrairement à l’Afrique, nous sommes à un mètre du sol sans aucune protection pourtant  je ne me suis jamais senti en danger.
Je repense souvent à cette rencontre,elle a été un moment clé dans ma vie au point de me changer radicalement parce qu’on ne sort pas indemne d’une telle confrontation.
Ce jour là j’ai choisi de photographier la vie sauvage pour montrer sa beauté mais surtout sa fragilité.
Dans le regard songeur de ce magnifique félin j’ai vu un immense appel à l’aide de cet animal emblématique de la planète qui disparait petit à petit.

Il y avait 100 000 tigres au début du 20ème siècle, ils ne seraient plus que 3800, massacrés par la bêtise et la cupidité de l’homme. 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Dans l'oeil du Tigre

June 14, 2017

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Retrouvez-nous
  • Instagram Social Icon
  • Vimeo Social Icon
  • Facebook Basic Square

 

© 2020 par Adrien Favre. Tous droits réservés. 

 

Les photographies, les videos, les visuels et les textes figurant sur ce site sont des marques déposées par Adrien Favre et sont protégées par les lois internationales du Copyright et le code de la propriété intellectuelle. Les droits de diffusion, reproduction, représentation et d’exploitation des images restent propriétés de leur auteur. Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.


 

Adrien Favre, réalisateur et photographe animalier _tirages photographiques